Violences réelles et violences imaginées dans un contexte colonial, Nouvelle-Calédonie, 1917

En 1917-1918, la région montagneuse qui s’étend de Koné à Hienghène, au nord de la Grande Terre, a été le théâtre d’une guerre. Longtemps estimée être la « dernière des révoltes kanak », son importance et son incidence sur les événements ultérieurs n’ont pas toujours été considérées à leur juste mesure.

Adrian Muckle, chercheur néo-zélandais, spécialiste de l’histoire de la Nouvelle-Calédonie, membre du département d’histoire de la Victoria University of Wellington, où il enseigne l’histoire du Pacifique des 19e et 20e siècles, est le premier historien à avoir réexaminé de manière exhaustive cette guerre,  prenant appui sur des documents d’archives officielles, dont des dossiers administratifs, la correspondance des missionnaires de l’époque, les procès-verbaux des enquêtes judiciaires postérieures au conflit et les comptes rendus  du procès des 78 « rebelles » de 1917-1918.

Dans l’ouvrage issu de cette étude, Specters of Violence in a Colonial Contexte, New Caledonia, 1917 (Presses universitaires d’Hawaï, 2012), l’auteur explore les dynamiques en œuvre au cours de cette guerre, notamment celles en relation à la peur et à la violence, ainsi que les rapports de force présents dans l’environnement colonial complexe du début du 20e siècle. Loin de l’historiographe coloniale, Adrian Muckle réévalue les causes et la portée de cette guerre, tout en contextualisant les décisions prises par les différents protagonistes, dont les justifications et les « imaginaires » sont finement analysés. Il montre également comment la violence déployée dans les années 1980 fait écho à celle de 1917.

Caractéristiques
ico-telRésonances
ico-tel2018
ico-telAdrian Muckle

En 1917-1918, la région montagneuse qui s’étend de Koné à Hienghène, au nord de la Grande Terre, a été le … Lire la suite