Le réveil kanak

La montée du nationalisme en Nouvelle-Calédonie.

Inspirée par les événements de Mai 68, une poignée d’étudiants kanak de retour de métropole fait fleurir des graffitis sur les murs de Nouméa.

L’outrage provoque incrédulité et colère chez les notables de la colonie et une répression musclée de la part de l’administration. Les « Foulards rouges » font ainsi entendre une voix dissidente, puissante et structurée : aujourd’hui encore, les questionnements de ces pionniers du « Réveil kanak » font écho à une réflexion politique que les accords de Matignon et de Nouméa n’ont pas éteinte.

Avec cet ouvrage essentiel pour la compréhension de l’histoire récente du pays, l’universitaire hawaïen David Chappell, spécialiste de l’histoire du Pacifique, examine la montée des formations identitaires et l’émergence de discours activistes prônant le nationalisme kanak, la réforme foncière, une forme de souveraineté progressiste et multiraciale… ou une subtile combinaison de toutes ces aspirations.

La plupart des études traitant de la Nouvelle-Calédonie contemporaine se concentrent sur les évènements qui secouèrent l’archipel dans les années 1980, tant ils ont laissé de profondes cicatrices dans les mémoires. S’appuyant sur vingt années de recherche, David Chappell s’attache à retracer les mécanismes qui gouvernent la vie politique locale depuis cinquante ans, en examinant avec soin les antécédents historiques, culturels et intellectuels du sursaut nationaliste kanak : un travail minutieux qui s’appuie sur l’examen de documents d’archives publics et privés, étayé par des entretiens avec les figures de la vie politique locale.

 

Caractéristiques
ico-telRésonances
ico-tel2017
ico-telDavid Chappell

La montée du nationalisme en Nouvelle-Calédonie. Inspirée par les événements de Mai 68, une poignée d’étudiants kanak de retour de … Lire la suite