Présentation de TROCA

Le peuplement de l’Océanie s’est accompli en plusieurs phases, d’il y a plusieurs dizaines de milliers d’années pour le peuplement des ensembles continentaux de l’Australie et de l’île de Nouvelle-Guinée, à moins d’un millénaire pour les extrémités du triangle polynésien. En particulier, l’archipel calédonien est riche de 3000 ans d’histoire. Cette temporalité s’accompagne des dynamiques ayant présidé à l’émergence des sociétés traditionnelles, et qui sont le fruit d’ancrages territoriaux, de processus migratoires, de réseaux d’alliances et de contacts mis en place par les voyages et échanges incessants, ainsi que par la diversité des environnements rencontrés. De plus, le contact européen a entraîné d’importantes dépopulations, l’introduction de nouveaux savoirs et savoir-faire, l’arrivée de l’Évangile, de nouveaux vecteurs d’échanges et des phénomènes de colonisation, bouleversements dont le corollaire actuel est l’émergence des multiculturalités. La question de l’aire géographique permettant de définir l’espace océanien étudié est ambigüe, puisqu’elle se heurte à une dimension temporelle qui le modifie constamment. C’est aussi cette fluidité de l’espace océanien qu’éclaire la dialectique entre temps long et temps court au cœur de la problématique portée par TROCA (TRajectoires d’OCéAnie).

Thèmes de recherche

La mission de cette équipe émergente est d’éclairer les dynamiques des changements historiques, géopolitiques, sociétaux et littéraires qui traversent les territoires de l’Océanie. TROCA étudie également leurs conséquences en Nouvelle-Calédonie et propose des outils de réflexion à la société calédonienne à un moment où la notion de communauté de destins prend une signification déterminante.