Un chercheur invité à l’UNC en 2017 nommé membre du comité ILA (International Law Association) sur le droit international et la montée des eaux

Grâce à ses recherches menées en tant que chercheur invité à l’Université de la Nouvelle-Calédonie en juillet 2017, Michael J. Strauss a été nommé membre du comité ILA (International Law Association) sur le droit international et la montée des eaux, et a publié un article consacré à ce sujet dans une revue internationale spécialisée (Journal of Territorial and Maritime Studies ; Séoul Vol. 6, N° 2,  (Summer/Fall 2019): 27-43), disponible sur le site (The Future of Baselines as the Sea Level Rises: Guidance from Climate Change Law – ProQuest)

 

Cet article examine comment le droit relatif au changement climatique peut influencer le sort des lignes de base à partir desquelles les États côtiers mesurent leurs eaux territoriales et leurs zones maritimes tandis que le niveau de la mer augmente. La Convention des Nations Unies sur le droit de la mer ne traite pas de la question, de sorte que certains juristes concluent que les lignes de base doivent être considérées comme ambulatoires et d’autres juristes concluent que les lignes de base existantes doivent rester intactes. Cependant, leurs arguments n’ont pas pris en compte les obligations légales des États d’agir pour atténuer les effets du changement climatique. Étant donné que le respect de ces obligations peut entraîner, à l’avenir, un ralentissement, un arrêt ou une inversion de l’élévation du niveau de la mer, ils ne peuvent être ignorés lorsque l’on évalue la manière dont le droit international devrait traiter les lignes de base. L’article affirme que le droit du changement climatique fournit un ancrage juridique pour faire valoir que les lignes de base doivent être stables et que le territoire et les zones maritimes des États côtiers doivent rester intacts.

 

Michael J. Strauss est un professeur de droit international et de relations internationales au Centre d’Études Diplomatiques et Stratégiques à Paris, enseignant de droit international économique à l’Université de Paris 5 et professeur invité de droit international à l’Université d’Etat Biélorusse et l’Université internationale « MITSO » à Minsk. Ses recherches portent sur les relations juridiques entre les États et le territoire. Il est l’auteur de trois livres sur les baux territoriaux et d’un quatrième sur le contrôle privatisé du territoire de l'État.

PARTAGERFacebookTwitterLinkedinGrâce à ses recherches menées en tant que chercheur invité à l’Université de la Nouvelle-Calédonie en juillet 2017, Michael J. … Lire la suite