Subama Mapou, une doctorante de l’UNC à l’ONU

Subama Mapou est originaire de la tribu d’Unia dans le Sud de la Nouvelle-Calédonie. Issue d’une famille pluriethnique mêlant la culture kanake, japonaise et indienne, elle est amenée très jeune à s’intéresser aux vertus des plantes médicinales, notamment grâce à son arrière-grand-père, tradi-praticien.

Profondément engagée pour la reconnaissance, la protection, la transmission et la valorisation des savoirs traditionnels, elle suit des études à l’Université de Montpellier où elle obtient un master de biologie des plantes et des micro-organismes.

Subama Mapou a ainsi publié deux mémoires : « Potentialité de la médecine traditionnelle kanak en Nouvelle-Calédonie dans le domaine de l’aromathérapie » et « Étude ethnobotanique sur les plantes médicinales en pays Vuunya avec forte potentialité de valorisation en nutraceutique et en cosmeceutique. ».

Elle a également créé la société Gardenia Cosmétique pour valoriser les savoirs traditionnels en cosmétiques et en compléments alimentaires, et elle est co-fondatrice de l’Institut Kanak des Plantes, de l’Artisanat et des Langues Autochtones (IKAPALA), une ONG réunissant des acteurs investis dans la revalorisation et la protection des savoirs kanaks.

 

Son déplacement à l’ONU a été soutenu par la Fondation France Libertés venue en Nouvelle-Calédonie lors du Congrès International IKAPALA en octobre 2018.

Elle a ainsi pu intervenir auprès de l’Instance Permanente des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones lors de la session qui s’est tenue du 22 avril au 3 mai 2019 à New York au siège de l’ONU et portant, cette année, sur la connaissance traditionnelle : transmission, protection et développement.

Ce fut l’occasion pour elle de mettre en valeur les actions menées par l’Institut IKAPALA pour la protection et la réappropriation des savoirs traditionnels ainsi que de présenter son projet de thèse et celui de Gardenia Cosmétique.

De plus, lors de la conférence sur les bonnes pratiques pour lutter contre la bio-piraterie, les travaux menés par Subama Mapou sous la direction du laboratoire ISEA de l’UNC et la co-direction du laboratoire ISME (Université de Marseille) conjointement avec l’École Doctorale du Pacifique, le Sénat coutumier, la province Sud, les membres d’IKAPALA et le soutien financier de la Fondation Vale, ont particulièrement été remarqués.

 

Geste coutumier avec la rapporteuse spéciale des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones

 

Pour en savoir plus, consultez l’article paru sur le site de la Fondation France Liberté de Danielle Mitterrand.

 

Contact

Subama Mapou – subama.mapou@unc.nc

PARTAGERFacebookTwitterLinkedin Subama Mapou est originaire de la tribu d’Unia dans le Sud de la Nouvelle-Calédonie. Issue d’une famille pluriethnique mêlant … Lire la suite