Soutenance de thèse sur la « Dynamique de la dengue en Nouvelle-Calédonie : rôle du vecteur Aedes aegypti dans la transmission virale »

Le 27 Avr 21 à 18h
Amphi 400
Campus de Nouville
UNC - EDP
Institut Pasteur

Le mardi 27 avril à 18h en amphi 400 du campus de Nouville, Olivia O’Connor (EDP-UNC) soutiendra sa thèse de doctorat intitulée « Dynamique de la dengue en Nouvelle-Calédonie : rôle du vecteur Aedes aegypti dans la transmission virale ».

Résumé

Au cours de ces dernières années, la circulation de la dengue dans la région Pacifique et en Nouvelle-Calédonie s’est considérablement intensifiée avec des épidémies de plus en fréquentes, une détection du virus en saison fraiche, une co-circulation de plusieurs sérotypes/génotypes de dengue ainsi que d’autres arbovirus. En Nouvelle-Calédonie, le seul vecteur connu de dengue est Aedes aegypti.

Considérant la dengue comme un problème de santé publique majeur, la Nouvelle-Calédonie a rejoint le World Mosquito Program afin de prévenir les épidémies de dengue par la mise en place d’une stratégie basée sur la bactérie Wolbachia. Cette stratégie innovante vise à diminuer la circulation des arbovirus grâce à des lâchers de moustiques Ae. aegypti porteurs de la bactérie Wolbachia, qui empêchent la réplication et la transmission du virus de la dengue (DENV).

Dans ce contexte, une meilleure compréhension des mécanismes d’évolution et de transmission virale chez le vecteur, Ae. aegypti, était nécessaire. Ce travail de thèse s’est donc intéressé à l’étude de la fitness du virus de la dengue chez le vecteur calédonien Ae. aegypti, au travers de trois objectifs : i) évaluer la fitness de transmission des quatre sérotypes de DENV, ii) évaluer, in vivo, l’impact de la fitness compétitive de deux génotypes de DENV-1 sur la transmission virale, et iii) évaluer l’impact de la bactérie Wolbachia introduite dans le vecteur calédonien sur la fitness réplicative et de transmission du DENV.

Ainsi, nous avons pu mettre en évidence que le vecteur calédonien était capable de transmettre les quatre sérotypes de DENV et qu’il pouvait participer à la sélection des souches de DENV participant à l’évolution du profil épidémiologique de la dengue en Nouvelle-Calédonie.

En parallèle, nous avons confirmé l’impact négatif induit par la bactérie Wolbachia sur cette fitness virale chez notre vecteur. Ces travaux ont notamment permis de démontrer la complexité de la transmission virale chez le vecteur, et de soulever l’intérêt de conduire des projets de recherche dans un contexte épidémiologique pertinent afin de mieux appréhender la dynamique de la dengue en Nouvelle-Calédonie, voire dans les autres pays concernés par cette maladie.

Mots clés : Virus de la dengue, Aedes aegypti, Fitness de transmission virale, Compétition, Wolbachia, Compétence vectorielle, Nouvelle-Calédonie

Composition du jury

  • Valérie Burtet-Sarramegna, maîtresse de conférences HDR, UNC
  • Myreille Dupont-Rouzeyrol, chargée de recherche HDR, IPNC
  • Dimitri Lavilette, professeur, Institut Pasteur Shanghai
  • Christophe Menkes, directeur de recherche, IRD Nouméa
  • Nicolas Pocquet, chargé de recherche, IPNC
  • Julien Pompon, chargé de recherche, IRD Montpellier
  • Maria-Carla Saleh, professeure, Institut Pasteur

 

Contact

Le 27 Avr 21 à 18h

PARTAGERFacebookTwitterLinkedinLe mardi 27 avril à 18h en amphi 400 du campus de Nouville, Olivia O’Connor (EDP-UNC) soutiendra sa thèse de … Lire la suite