L’UNC signe une convention-cadre de partenariat avec la grande université indonésienne Gadjah Mada

Dans le cadre de sa politique de rayonnement et du développement de ses relations internationales au bénéfice de la mobilité académique (étudiants, enseignants-chercheurs) et de la recherche, l’Université de la Nouvelle-Calédonie a accueilli une délégation de l’Université Gadjah Mada (Indonésie) ce matin à la présidence de l’université et pour une visite du nouveau centre de recherches et de pédagogies innovantes (bâtiment Sigma).

 

Fondée en 1949, l’Université Gadjah Mada est l’une des plus anciennes et des plus grandes institutions d’enseignement supérieur d’Indonésie. Elle est composée de 18 facultés (et notamment de médecine, de pharmacie, d’agriculture, de sciences humaines, d’ingénierie, de sciences politiques, de biologie, etc.), 27 centres de recherche et propose 270 formations dont notamment 68 formations de premier cycle (niveau licence), 23 autres filières diplômantes, 104 filières de master et de spécialisation et 43 filières de doctorat. Elle accueille chaque année plus de 53.000 étudiants encadrés par plus de 3000 enseignants-chercheurs. Parmi ses Alumni notables, on retrouve un ancien vice-président de la république d’Indonésie, d’anciens ministres d’état, un gouverneur de la banque centrale indonésienne, des auteurs, et de nombreuses personnalités politiques issues de ces facultés de droit ou de sciences politiques et notamment plusieurs ministres actuels de l’Indonésie dont le ministre de l’industrie, ainsi que la plupart des juges de la cour suprême.

 

En présence des représentants de L’État et du Consul général d’Indonésie, les deux universités ont signé à cette occasion un accord-cadre de partenariat ouvrant des perspectives de collaboration importantes avec cette grande université d’Indonésie.

 

Très satisfait d’ouvrir ce nouveau chapitre dans les relations internationales de l’UNC, son président Gaël Lagadec, a déclaré à l’occasion de la signature de cet accord-cadre : « Je suis particulièrement heureux de recevoir aujourd’hui la délégation de la prestigieuse université Gadjah Mada accompagnée de la représentation diplomatique de l’Indonésie en Nouvelle-Calédonie pour commencer à écrire une nouvelle page dans le livre des relations franco-indonésiennes, une page qui s’inscrira dans le chapitre de la diplomatie et de la coopération universitaires. En effet, dans le cadre de sa politique de rayonnement et du développement de ses relations internationales au bénéfice de la mobilité académique (étudiants, enseignants-chercheurs) et de la recherche, l’Université de la Nouvelle-Calédonie accorde une grande importance au développement de ses réseaux internationaux, notamment dans la région Asie-Pacifique. »

 

L’Université Gadjah Mada était représentée par son président, le professeur Panut Mulyono (Recteur/Président de l’Universitas Gadjah Mada), qui était également accompagné de la Dr Wening Udasmoro (Doyenne de la Faculté des sciences culturelles), du Dr Agus Suwignyo (Vice-doyen à la recherche, aux affaires communautaires et à la coopération, et aux affaires Alumni au sein de la Faculté des sciences culturelles), et du Dr Sri Margana (Chef du Département d’histoire).

 

La représentation diplomatique de l’Indonésie était assurée par le consul général en personne, M. Achmad Gozali, accompagné des consuls chargés des partenariats MM. Winbert Hutahaean et Asep Hermawan.

 

Avant de visiter le nouveau bâtiment Sigma sur le campus (Centre de recherche et de pédagogies innovantes), la délégation indonésienne a pu échanger pendant plus d’une heure avec l’équipe de direction de l’UNC autour d’une présentation générale de l’établissement et notamment de ses filières d’enseignement supérieur (plus de 40 formations), ses équipes et travaux de recherche (5 équipes de recherche portant des dizaines de projets scientifiques dont certains sont soutenus par l’Union européenne ou l’Agence Nationale de la Recherche) et ses réseaux locaux (CRESICA) et internationaux (PIURN, accords bilatéraux, etc.).

 

Pour la préparation et l’accueil de ce partenariat, le président de l’UNC était entouré de Mme Catherine Ris, vice-présidente en charge des partenariats, Pascal Pagand, Vice-président en charge des formations, Eléonore Lainé-Forrest, présidente de la commission des relations internationales, et Sylvian Raffard- Artigue, directeur de la communication.

 

Première étape sur le chemin de la collaboration scientifique et des échanges d’étudiants, ce protocole d’accord affirme la volonté des deux universités de travailler conjointement à :

  • promouvoir les échanges de personnel académique et d’étudiants ;
  • promouvoir la coopération en matière de recherche dans les domaines d’intérêts mutuels ;
  • se prêter une assistance mutuelle pour améliorer les qualifications scientifiques du personnel académique ;
  • promouvoir l’échange de publications et de documentations sur les recherches en cours ;
  • partager des expériences pour développer de meilleures méthodes et techniques d’enseignement ;
  • organiser des colloques, des ateliers et des conférences conjoints bilatéraux ;
  • réaliser, dans le cas de possibilités d’intérêt mutuel, des programmes et des projets de recherche communs.

 

Les éventuelles déclinaisons académiques et scientifiques de l’accord général qui vient d’être signé sont nombreuses il paraît naturel que l’un des sujets thématiques de travail des deux universités soit justement l’étude des liens historiques et culturels entre la Nouvelle-Calédonie et l’Indonésie. Il s’agit d’une histoire relativement peu connue, en dehors de la communauté des Calédoniens d’origine javanaise, et qui mérite de prendre toute sa place dans la recherche universitaire et également dans la collection d’ouvrages parus aux Presses universitaires de la Nouvelle-Calédonie.

 

Outre l’histoire et la sociologie, de nombreux autres sujets de recherche communs paraissent immédiats et en  particulier  l’industrie  minière  et  métallurgique  du  Nickel  puisque  l’Indonésie,  comme  la  Nouvelle-Calédonie, est un pays producteur de nickel et les deux pays disposent de gisements aux caractéristiques très proches.

 

Pour l’Université Gadjah Mada, elle pourra également trouver, à l’ESPE de l’UNC, une école supérieure du professorat qui lui permettra d’envoyer ses enseignants-chercheurs de son département de français en séjour de perfectionnement professionnel (comme l’UNC l’a déjà organisé pour les professeurs de français australiens et néo-zélandais). Les études linguistiques sur l’évolution de la langue pratiquée par la communauté indonésienne de Nouvelle-Calédonie sont également évoquées dans les sujets immédiats de concrétisation de l’accord-cadre UNC-UGM.

 

Les possibilités de travail en commun offertes par l’accord signé laissent entrevoir de nombreuses convergences, ne serait-ce qu’au niveau de la recherche et ce sans parler de l’intérêt que représentent les possibilités de mobilité étudiante vers l’Indonésie pour les étudiants calédoniens et vice-versa.

 

L’UNC dispose déjà de plus de 40 partenariats internationaux et plus particulièrement pour la région Asie :

  • 3 universités au Japon (Tokai, Ryukyu, Kobe)
  • 1 université en Corée du Sud (Sungkyunkwan)
  • 1 université en Indonésie (Khairun)
  • 2 universités au Vietnam (Van Lang – Hanoï, Nha Trang)

 

… et donc un de plus en Indonésie depuis ce lundi 26 août 2019 avec l’Université Gadjah Mada.

 

 

 

 

 

PARTAGERFacebookTwitter Dans le cadre de sa politique de rayonnement et du développement de ses relations internationales au bénéfice de la … Lire la suite