L’UNC participe à la Journée internationale pour les droits des femmes 2020

Le 02 Mar 20 à 12h
Agora
Campus universitaire
UNC

L’Université de la Nouvelle-Calédonie est particulièrement engagée dans la lutte contre les discriminations et pour l’égalité femmes-hommes, notamment par l’action d’une chargée de mission dédiée à cette cause et participe ainsi depuis 2017 à la célébration de la Journée internationale pour les droits des femmes.

Cette année, elle propose en partenariat avec la mission culturelle et la bibliothèque universitaire une action de sensibilisation auprès des étudiant·e·s et du personnel de l’UNC afin de réfléchir sur la place des femmes dans les arts et la culture.

Des temps d’échange et d’ateliers seront organisés sur la pause méridienne tout au long de la semaine avec le soutien de nombreuses artistes calédoniennes.

 

  • lundi 2 et mercredi 4 mars à 12h sur l’agora : intervention poétique d’Imasango

« Par sa poésie et les actions qu’elle mène en faveur de la culture, elle interroge la part métisse de nos identités. Elle promeut une poésie du partage, à la portée de tous, une poésie qui pour elle continue fondamentalement d’être faite pour être dite. »

 

 

 

  • Mardi 3 mars à 12h sur l’agora : chant par Tyssia

« Tyssia séduit le public tant par sa musique que par sa disponibilité et son accessibilité. Elle est, à peu de choses près, l’archétype de la femme du Pacifique, la peau ambrée tatouée de motifs polynésiens, une fleur de tiare dans les cheveux, quelques nacres autour du cou, humble, discrète, engagée, naviguant à vue entre ses héritages futuniens, sa culture calédonienne et ses acquis métropolitains. »

 

  • Mardi 3 mars à 18h à la Bibliothèque : projection du film « Mustang »

Drame turc-franco-allemand sorti en 2015, ayant obtenu l’Oscar du meilleur film international.  C’est un film de Deniz Gamze Ergüven avec Güneş Nezihe Şensoy, Doğa Zeynep Doğuşlu, Elit İşcan
Durée 1h 33

Synopsis : C’est le début de l’été.

Dans un village reculé de Turquie, Lale et ses quatre sœurs rentrent de l’école en jouant avec des garçons et déclenchent un scandale aux conséquences inattendues. La maison familiale se transforme progressivement en prison, les cours de pratiques ménagères remplacent l’école et les mariages commencent à s’arranger. Les cinq sœurs, animées par un même désir de liberté, détournent les limites qui leur sont imposées.

 

  • Jeudi 5 mars à 12h sur l’agora : atelier de peinture par Denise Tiavouane

« En prise avec son temps, l’œuvre de Denise Tiavouane reflète ce mouvement d’une société qui évolue, les racines solidement ancrées dans sa terre nourricière, et les branches déployées vers le présent. Convaincue du rôle social de l’artiste, elle est pleinement investie dans la transmission auprès des jeunes, à travers des ateliers de pratique artistique, pour accompagner une jeunesse en mal de repères à « connaître les branches de son arbre. »

 

  • vendredi 6 mars à 12h sur l’agora : causerie avec les artistes

 

 

 

 

La Bibliothèque universitaire accueillera également du 2 mars au 3 avril, en partenariat avec le consulat général d’Australie une exposition de photographies sur « les femmes dans la mine ». Accompagnée de textes percutants qui racontent une histoire, cette exposition célèbre la contribution des femmes dans le secteur minier en Australie et dans le monde entier.

Les photos ont été sélectionnées grâce à un concours organisé en 2017 par Women in Mining (« Femmes dans la mine », une association internationale) et Minerals and Energy for Development Alliance (l’alliance « Minéraux et énergie pour le développement ») avec le concours des universités du Queensland et d’Australie-Occidentale.

 

Photo du bandeau : ONU Femmes/Pornvit Visitoran
Le 02 Mar 20 à 12h

PARTAGERFacebookTwitterLinkedinL’Université de la Nouvelle-Calédonie est particulièrement engagée dans la lutte contre les discriminations et pour l’égalité femmes-hommes, notamment par l’action … Lire la suite