L’UNC accueillera en novembre le plus gros événement de géomatique jamais organisé dans le Pacifique insulaire

Ce jeudi 4 août 2022, à la Station N, en présence notamment du commissaire délégué de la République pour la province Sud M. Grégory Lecru, et du membre du gouvernement en charge de la transition numérique et du développement de l’innovation technologique ainsi que des relations avec les collectivités d’Outremer du Pacifique, M. Vaimu’a Muliava, et de la présidente de l’université Mme Catherine Ris, était organisée une présentation en présence de la presse pour le lancement officiel de l’Oceania Geospatial Symposium (OGS). Un événement d’envergure internationale inédit qui aura lieu notamment à l’UNC en fin d’année.

Cet événement est co-porté par la Nouvelle Calédonie, la Polynésie française et Wallis-et-Futuna, en partenariat avec l’ART Geodev, un réseau de pôles de compétences pour l’observation spatiale des territoires et de l’environnement. Il réunit l’Institut de recherche et de développement (IRD), l’Université de la Nouvelle-Calédonie et une entreprise privée spécialisée en imagerie sur les données d’observation de la Terre. Le symposium aura lieu à Nouméa du 28 novembre au 4 décembre 2022 en présence de nombreux invités de la région, des acteurs privés, publics, des chercheurs et des futurs entrepreneurs des secteurs de la géographie et du géospatial.

 

Un besoin pressant en données géo spatiales

EN présentation de l’événement, le membre du gouvernement a souligné le besoin pressant en données géomatiques en prenant l’exemple tragique des récents glissements de terrain à Houaïlou : ces données géomatiques sont une aide précieuse à l’aménagement du territoire et peuvent éviter des catastrophes. Il a également salué l’aspect régional de l’événement avec la participation des 3 territoires français du Pacifique et remercie l’État pour le financement octroyé dans le cadre du Fonds Pacifique. M. Muliava a appelé à l’unité régionale sur les problématiques communes.

 

Des solutions concrètes

 

Pour le représentant de l’État, il s’agit d’un événement qui sera marquant de par ses dimensions régionale, francophone, et international et qui contribuera à placer les territoires français sur la carte du Pacifique. Il a rappelé qu’un des buts du symposium sera d’apporter des solutions et des améliorations pour les entreprises et les particuliers notamment pour la planification des risques naturels, et plus généralement d’apporter davantage de services aux citoyens, aux entreprises et aux institutions. Le commissaire délégué a remercié les organisateurs pour cette initiative et les partenaires pour leur soutien.

 

Une échelle inédite

 

Pour l’ART GeoDev et l’IRD, M. Marc Despinoy a souligné qu’il s’agit du tout premier symposium à l’échelle du Pacifique sur les sujets de géomatique. Il s’inscrit dans la suite logique des colloques précédents OSS-NC et a pour ambition d’aborder les problèmes sous l’angle de la donnée géo spatiale. L’articulation et l’imbrication entre les différentes organisation et initiatives du domaine de l’observation spatiale sera également inédite à ce symposium et s’entend dans le contexte global des objectifs de développement durable de l’ONU, de l’accord de Paris, de l’accord de Sendai dans une réflexion large sur la gestion des risques environnementaux à la fois à l’échelon local avec la participation des acteurs de OSS-NC, mais aussi à l’échelon régional avec la participation du PIAG (Pacific Islands Advisory Group), et à l’échelon mondial avec la participation du GEO (Group on Earth Observations). L’événement sera donc hybride (impliquant des acteurs publics et privés) et bilingue de par sa dimension régionale et internationale.

 

Penser région, penser en Océaniens

 

La présidente de l’université Catherine Ris a pour sa part insisté sur les objectifs de développement durable de l’ONU qui nous appellent à penser à l’échelle de la région sur tous nos périmètres d’action. En ce qui concerne l’université, elle s’inscrit déjà dans ces problématiques en tant qu’acteur majeur de l’enseignement supérieur et de la recherche en participant activement à la création de connaissances et à la formation des jeunes avec par exemple la création récente du Master international en Science de la durabilité parcours changement climatique. La présidente de l’UNC a également présenté les trois thèmes centraux du symposium OGS de novembre, issus d’un travail de concertation et d’analyse de la CPS : connaissance du territoire, ressources en eau, surveillance des milieux humides. Elle a rappelé que les milieux humides sont des zones de protection du trait de côte et de capture du carbone précieux dans et à protéger dans notre contexte climatique et environnemental, mais qu’on ne protège bien que ce qu’on connait bien d’où la nécessité de l’événement OGS.

L’UNC accueillera plusieurs sessions du programme du symposium.

 

Déboucher sur du concret par une approche pragmatique

 

Pour Insight, son chef de produit et co-organisateur du symposium Jean Massenet a présenté le programme détaillé de l’événement dont l’objectif et la particularité sera d’engager les participants sur une vision commune des projets à accomplir pour la région. « Nous souhaitons favoriser la contractualisation sur place pour éviter que chacun rentre chez soi après le symposium puis chacun revient dans son quotidien et la vie continue comme avant. Nous voulons avancer concrètement et un des livrables à atteindre sera de disposer de référents régionaux pour animer les projets dans les différents territoires sur les 18-24 mois qui suivent la clôture de l’événement pour faire en sorte que les sujets avancent grâce à un animateur. »

La dimension public-privé et la dimension investissement sera forte : il s’agira de renforcer les liens entre tous les acteurs au bénéfice de la région et de présenter les initiatives et guichets à des financeurs potentiels. La part belle sera faite également à des moments de convivialité et de partage pour des échanges plus libres, plus informels, pour créer du lien et également favoriser le transfert de connaissances.

 

Appel à financements

 

Le budget de l’événement s’élevant à 30 millions CFP, avec déjà près de 22 millions récoltés, les organisateurs ont lancé un appel à financements pour boucler le budget du symposium. Un appel qui a été relayé de façon vibrante par le membre du gouvernement Vaimu’a Muliava qui a souligné en conclusion le caractère très ambitieux de l’initiative : « on propose de prendre de la hauteur, on propose de bâtir la meilleure version de notre pays et de notre Océanie. On a besoin de soutien ! L’UNC est là : sanctuaire du savoir, l’IRD est présent depuis très longtemps, il faut maintenant sortir de sa zone de confort et voir plus loin : brisons nos bocaux à poissons et rejoignons-nous dans le grand océan. Il faut monter dans la pirogue des partenaires ! »

Présentation OGS 2022

Infos pratiques :

  • Dates : 28/11 au 04/12
  • Session parallèle : Océan Hackathon
  • Organisateurs : ART GéoDev, GEO, CNES
  • Partenaires majeurs : Fonds Pacifique, CPS, UNC, OPT, gouvernement de l’Australie, IRD, GRSS, province des îles Loyauté

 

PARTAGERFacebookTwitterLinkedinCe jeudi 4 août 2022, à la Station N, en présence notamment du commissaire délégué de la République pour la … Lire la suite