Séminaire les « Femmes (in)visibles ? »

Le 04 Oct 19 à 13h
Amphi 80
Bâtiment Sigma
UNC
ERALO
UNC

L’équipe de recherche ERALO (mobilités, cRéations, lAngues, et idéoLogies en Océanie)  de l’UNC propose un séminaire ouvert au public sur le thème « Femmes (in)visibles ? », le vendredi 4 octobre 2019, de 13h à 15h, dans l’amphi 80 situé dans le bâtiment Sigma.

 

  • Les « Matildas du Pacifique » : histoire des sciences et femmes de sciences (humaines) en Océanie

Émilie Dotte-Sarout

The Australian National University, Australie

Il y a 25 ans, l’historienne des sciences Margaret Rossiter appelait à ce que « les futurs chercheurs écrivent une histoire et une sociologie de la science plus complètes et plus équitables qui non seulement n’omettent pas toutes les « Matildas », mais attirent l’attention sur de nombreuses autres » (1993: 337). Dans cet article de référence, Rossiter a décrit le processus historique – appelé « effet Matilda » – par lequel les femmes scientifiques ont été effacées de l’histoire écrite, souvent en association avec « l’effet de halo », où le crédit scientifique d’une découverte est donné uniquement aux collaborateurs masculins occupant les postes dominants. Bien que la recherche en histoire des sciences travaille à identifier et à corriger ce biais depuis 40 ans, ces efforts ont été moins nombreux en sciences sociales, notamment en ce qui concerne l’histoire de l’archéologie. Dans le Pacifique, l’histoire des sciences est elle-même une démarche encore très récente et sous-développée.

Dans ce séminaire, Émilie Dotte-Sarout, archéologue de formation, nous présentera le contexte épistémologique et l’approche développée pour l’un de ses projets de recherche portant sur l’histoire et le rôle des femmes qui participèrent au développement de la discipline archéologique dans le Pacifique. Elle nous invitera à initier une discussion à propos des potentialités d’étendre cette démarche à d’autres disciplines scientifiques, notamment des sciences sociales (linguistique, anthropologie, art et culture matérielle…). Il s’agira aussi de considérer comment les outils développés par l’histoire des femmes ou les « gender studies » en général, ainsi que les questions envisagées et les difficultés rencontrées par ce type d’étude, sont applicables au sein de toute démarche historiographique prenant pour sujet la contribution des « subalternes » et minorités. Pour l’histoire des sciences océanistes, le rôle particulier et peu étudié des collaborateurs autochtones représente ainsi un thème essentiel.

Rossiter M. W. (1993), « The Matthew/Matilda Effect in Science », Social Studies of Science, 23 (2): 325–341.

__________________

  • La place des femmes dans le droit coutumier

Association Case Juridique Kanak, Nouvelle-Calédonie

Ils sont juristes, étudiants en droit, etc., les membres de l’ACJK sont engagés depuis près de 10 ans dans « la réflexion, la mise en valeur, la protection, le développement, la promotion et la transmission du droit coutumier kanak en démocratie ». À l’occasion de ce séminaire, ils nous invitent à réfléchir sur la place (ou les places) des femmes dans le droit coutumier.

Les membres de l’ACJK nous présenteront aussi comment l’Association assume un rôle essentiel de médiation dans la protection des droits de la femme (kanak), notamment dans la lutte contre les violences en Nouvelle-Calédonie.

Crédits photos : Mary-Elisabeth Shutler, « Paul » et « André », fouilles de « Richard Shutler et Edward Gifford » en Nouvelle-Calédonie, 1952. Crédit : Archives du Pheobe Hearst Museum. / Mariage coutumier à Maré, 2014, Boris Poumalis.

 

Contact

Anne-Laure Dotte : anne-laure.dotte@unc.nc

Le 04 Oct 19 à 13h

PARTAGERFacebookTwitterLinkedinL’équipe de recherche ERALO (mobilités, cRéations, lAngues, et idéoLogies en Océanie)  de l’UNC propose un séminaire ouvert au public sur … Lire la suite