Le bulbul à ventre rouge

11 Déc 18 à 16h
Amphithéâtre 400 (UNC)
IAC

Les espèces exotiques envahissantes sont une cause majeure de perte de biodiversité à l’échelle mondiale, en particulier sur les territoires insulaires où la richesse en espèces et les niveaux d’endémisme accentuent leurs impacts. Des listes d’espèces envahissantes parmi les plus nocives ont été conçues par des organismes internationaux pour aider les gestionnaires de l’environnement à hiérarchiser leurs efforts à l’échelle mondiale et locale. Le bulbul à ventre rouge (Pycnonotus cafer) est une espèce d’oiseau considérée parmi les trois pires oiseaux envahissants de la planète. Cette espèce colonise actuellement l’archipel de la Nouvelle-Calédonie, l’un des 36 hotspots mondiaux de biodiversité.

 

Restitution grand public de la thèse de Martin Thibault
Après trois années de recherche à l’Institut agronomique néo-Calédonien (IAC), Martin Thibault a présenté ses travaux de thèse en juillet 2018 à l’Université de Massey en Nouvelle-Zélande. Il a brillamment obtenu le titre de Docteur en zoologie. Il a été décidé que ses travaux soient restitués le 11 décembre 2018 à 16h à l’UNC.
Ses recherches se sont intéressées au bulbul à ventre rouge, un oiseau considéré parmi les espèces les plus envahissantes au monde. L’objectif de cette thèse était d’évaluer les risques potentiels liés à sa dispersion en Nouvelle-Calédonie afin d’alimenter le plan d’action actuellement en cours de développement pour cette espèce dans le cadre de la stratégie territoriale d’action contre les espèces envahissantes.

Un envahisseur à la réputation mondiale, mais pas si bien connu
La lutte contre les espèces invasives, qu’elles soient de type animal ou végétal, représente un défi majeur pour la conservation de la biodiversité en Nouvelle-Calédonie, véritable haut-lieu d’endémisme. Parmi les envahisseurs sur le territoire, un oiseau auparavant vendu en cage mais devenu un ravageur agricole : le bulbul à ventre rouge. Arrivé en Nouvelle-Calédonie vers 1983 et relâché par un marchand pour éviter les poursuites, il s’est établi lentement à Nouméa et sa dispersion en province Sud s’est semble-t-il accéléré depuis une dizaine d’année. Considéré comme un envahisseur majeur par l’Union internationale pour la conservation de la nature, cet oiseau originaire de la péninsule indienne a été introduit dans de nombreuses îles du Pacifique. Pourtant à ce jour, peu de données quantitatives sont disponibles qui permettraient d’appréhender les impacts de cette espèce dans les territoires insulaires riches en biodiversité. Seuls quelques exemples en provenance de Hawaii et de la Polynésie Française suggèrent que le bulbul à ventre rouge est capable de dommages importants sur certaines espèces de fruit cultivés, qu’il a certainement contribué à mener le monarque de Tahiti au bord de l’extinction. Aussi, il participe à la dispersion de plantes envahissantes comme le Miconia. Le doctorant a donc mené ses recherches autour de ces trois types d’impacts, tout en suivant l’évolution de la population présente en Nouvelle-Calédonie.
Pour cela, il s’est appuyé sur les infrastructures disponibles dans les stations agronomiques de Port Laguerre et Saint Louis, mais aussi sur un réseau de partenaires locaux parmi lesquels la SCO, le CEN et la FFCNC.

Trois ans d’enquête
Inscrit à l’École doctorale du Pacifique puis à l’Université de Massey en Nouvelle-Zélande, Martin Thibault a réalisé sa thèse au sein de l’Institut agronomique néo-Calédonien depuis mai 2015 et a présenté le fruit de ses travaux de recherche en juillet 2018 à l’Université de Massey. Encadrée par le Prof. Murray A. Potter (Massey) et co-encadré par le Dr. Fabrice Brescia (IAC), le doctorant a combiné les explorations de terrains, le travail en laboratoire, les tests comportementaux et les analyses bio-informatiques, pour mener à bien ses travaux.

Thèse obtenue en juillet 2018 à l’Université de Massey dans sa version anglaise « The red vented-bulbul (Pycnonotus cafer): invasion dynamics and ecological impacts of an introduced pest bird in New Caledonia and implications for management ».

Thèse qui a été co-encadrée par :

  • Murray Potter, Massey University
  • Fabrice Brescia, IAC
  • Phil Battley, Massey University
  • Eric Vidal, IRD-IMBE

 

Contacts
Martin THIBAULT
Tel : 437424
Email : thibault.mn@gmail.com

Fabrice BRESCIA
Email : brescia@iac.nc

Bruno FOGLIANI
Tel : 98 91 73
Email : fogliani@iac.nc

 

(c) Photo de couverture : Anton Croos

11 Déc 18 à 16h

Les espèces exotiques envahissantes sont une cause majeure de perte de biodiversité à l’échelle mondiale, en particulier sur les territoires … Lire la suite