Politique d’intégration régionale et internationale

La politique d’intégration régionale et internationale de l’UNC est au service du territoire. Elle se matérialise par des liens forts avec des institutions et des universités partenaires, par des échanges d’étudiants, d’enseignants, ainsi que des programmes de recherche communs.

Partenariat interinstitutionnel

L’UNC inscrit son action dans une approche interinstitutionnelle. Ainsi, elle a été un acteur important dans la mise en place et dans la définition des priorités communes du Consortium de coopération pour la recherche, l’enseignement supérieur et l’innovation en Nouvelle-Calédonie (CRESICA).

Ancrage régional et international

L’UNC est fortement impliquée dans le réseau de recherche universitaire des îles du Pacifique (Pacific Islands Universities Research Network, PIURN) depuis sa création en 2014. Elle a été l’université organisatrice et d’accueil de la première conférence du réseau qui regroupait les délégations scientifiques et institutionnelles des universités membres (Papouasie Nouvelle-Guinée, Fidji, Samoa, Polynésie française) et des invités des grandes universités régionales (Australian National University, University of Auckland, University of Hawaii).

En outre, l’UNC s’engage à favoriser une articulation optimale avec les dynamiques des réseaux PIURN et PACE-NET+ (Europe/Pacifique).

PACIFIQUE

Aux côtés du réseau PIURN, l’université nourrit des liens conventionnels avec les grandes universités anglophones du Pacifique, notamment avec les universités australiennes et néo-zélandaises. Elle travaille aussi en partenariat avec l’Université de la Polynésie française au sein de l’École doctorale du Pacifique. L’ancrage Pacifique s’étend jusqu’en Asie où certains pays (Japon, Corée, etc.) entretiennent des relations privilégiées avec la Nouvelle-Calédonie, notamment sur le plan économique (nickel et tourisme).

EUROPE

L’UNC, université française et européenne pleinement insérée dans son espace régional, maintient des liens étroits avec la France et l’Europe. Ainsi, de nombreux partenariats avec de grandes universités permettent les échanges d’étudiants, d’enseignants-chercheurs (notamment via le programme de mobilité Erasmus), ou le montage de projets de recherche auprès des instances de l’Union européenne (comme Horizon 2020).

Rayonnement de la francophonie

La Nouvelle-Calédonie est au cœur d’un environnement immédiat principalement anglophone. Cette situation géo politique originale confère naturellement à l’UNC un rôle majeur dans le rayonnement de la langue française et de la francophonie. Ainsi, l’UNC y participe grâce aux travaux de ses équipes de recherche et avec le concours de l’Agence universitaire de la francophonie (AUF) dont elle est membre. Dans ce domaine, l’université a développé des partenariats avec le Centre de rencontres et d’échanges internationaux du Pacifique (CREIPAC), outil de la francophonie en Nouvelle-Calédonie auprès du public non-universitaire.

VANUATU

L’UNC met en œuvre des actions de coopération avec le Vanuatu, état bilingue français-anglais, notamment en formant chaque année des jeunes francophones au Diplôme d’accès aux études universitaires (DAEU) à Port-Vila. En concertation avec les acteurs locaux, elle a mis en place une offre de formation universitaire délocalisée au Vanuatu.

WALLIS-ET-FUTUNA

Implantée de longue date sur le territoire de Wallis-et-Futuna, l’UNC y poursuit des programmes de recherche significatifs orientés sur les thèmes du changement climatique et de l’adaptation au changement climatique en partenariat avec les services techniques du territoire. Elle y a créé une antenne universitaire qui a vocation à monter en puissance (base scientifique, centre de ressources, etc.).